mercredi 18 octobre 2017

Jeudi 28 mai 2015 : La Done – prieuré de Grand Carluc.


6h50 : coquelicots

Retour à la Done. Le GR4 emprunte une route qui grimpe à travers des vignobles et qui atteint Montfuron (670 m). A la sortie du village, beau moulin restauré sur une hauteur à l’écart de la route, entouré de genêts.


On se situe dans la réserve géologique du Lubéron. La région du Lubéron est particulièrement riche en gisements fossilifères : fossiles de vertébrés, invertébrés et végétaux, permettant de reconstituer une partie de la longue histoire de la Terre. Afin de protéger ce patrimoine, une réserve naturelle a été créée. L’extraction et le ramassage des fossiles sont interdits sur le périmètre de protection.
A Montfuron, les calcaires en plaquettes sont souvent bitumineux. Les fossiles que l’on y trouve sont remarquablement conservés.
« Un ancien cantonnier du village, M. Fabre rassembla avec passion une impressionnante collection de poissons, insectes, feuilles, plumes et autres pièces extraordinaires. Hélas, elle fut volée, et n’en demeure plus que le lointain souvenir » dit la pancarte explicative.
Je vais bientôt rejoindre une crête du massif. Non loin, on distingue la crête du Grand Lubéron. Sur le parcours, un rossignol m’accompagne un moment de ses trilles mélodieux. Le sentier blanc se poursuit à flanc de coteau, longe la réserve naturelle de Marembrème (incluse dans le périmètre de la réserve géologique) et débouche au pied du village de Montjustin.
Viviane est stationnée sur un large parking destiné à éviter que les voitures ne montent dans le village aux ruelles étroites. Tandis que nous mangeons à l’intérieur du fourgon, un rouge-queue à front blanc plonge d’un arbrisseau et virevolte, hochant en saccades sa queue rousse.

Rencontre avec le GR97. Les deux GR continuent sur la crête, l’abandonnent pour descendre à l’orée d’un champ de lavandin, bientôt bordé de chênes séculaires.
Après avoir franchi un ponceau sur l’Aiguebelle, je débouche sur la chapelle N-D de-Pitié, à l’entrée de Céreste. Je ne la remarque d’ailleurs pas de suite, vue sous cet angle. Je franchis la petite rivière de l’Encrême sur un pont dit « romain » qui a été construit au XVIIIe siècle. C’est le résultat probable d’une confusion. Mais il se trouve qu’à côté de ce pont les vestiges d'un vrai pont romain ont été récemment mis à jour.
Je rejoins le ballast d’une ancienne voie ferrée, actuellement lieu de passage de l'Eurovéloroute de la Méditerranée (de Lisbonne à Athènes à vélo). Le chemin file plein nord, en plein soleil ! et finit par déboucher sur les ruines du prieuré de Grand Carluc.
Sanctuaire païen à l’origine, puis paléochrétien, il devint un prieuré bénédictin aux VIe et VIIe siècles. Après plusieurs décadences, il fut abandonné définitivement au XVIe siècle.
Actuellement sont visibles la chapelle romane du XIIe aujourd’hui restaurée (mais fermée !) et la nécropole dont la galerie abrite des sarcophages taillés dans le roc. Avec Viviane que je viens de retrouver sur place, je visite les ruines de cet édifice à l’architecture sobre, sa galerie funéraire, accompagnés du murmure de l’ancienne source sacrée…

Nous recherchons alors un lieu pour passer la soirée. Sur la commune de Céreste, nous dénichons une aire naturelle de camping implantée dans une forêt, au milieu des champs. On a l’impression d’être en pleine nature. Vu la douceur de l’air, nous sortons la table : apéritif et repas à l’extérieur. Le chant entêtant du rouge-queue à front blanc se poursuivra jusqu’au coucher du soleil…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire