mercredi 18 octobre 2017

Samedi 30 mai 2015 : Simiane-la-Rotonde – Lagarde-d’Apt.

Simiane-la-Rotonde est un village perché au flanc des monts de Vaucluse. J’arpente ses ruelles pentues aux belles façades, portes sculptées et fenêtres ouvragées, avec des jardins et des terrasses aménagés aux abords. Je gagne la rotonde, tour dodécagonale de forme pyramidale qui domine le village.
Le sentier de grande randonnée longe d’anciens moulins à vent et la chapelle N-D-de-Pitié. Après le passage d’une petite barre rocheuse puis d’un ravin, il débouche sur une plaine cultivée, atteint une route qui parcourt le plateau d’Albion. Par un chemin de terre, il gagne la ferme du Basset pour franchir à la lisière d’un champ la limite du département du Vaucluse et renouer avec le parc naturel régional.
Un lièvre ne s’attarde pas à mon passage ! Un bel insecte aux ailes vert-jaune et au corps foncé, l’ascalaphe soufré, à mi-chemin entre papillon et libellule, vole et chasse sur la pelouse sèche.
L’itinéraire s’élève insensiblement jusqu’à la ferme du Château du Bois, atteint une altitude de 1160 mètres avant de s’abaisser par la route puis une sente à travers prés et bois jusqu’à la mairie de Lagarde-d’Apt. Je débouche à 1089 m, entre orties et ronces, sur cette étrange mairie isolée d'une commune éclatée, composée de fermes et d'exploitations agricoles, sans hameau. Bien que située dans les monts de Vaucluse, la commune fait encore partie du parc du Lubéron.
Viviane est garée en face du bâtiment sur un parking. Nous mangeons sur place. Après une sieste, l’excuse de la chaleur aidant, je décide de ne pas continuer cet après-midi.

Nous gagnons en Ducato la ville de Sault, plantée sur un éperon rocheux dans un paysage bucolique de lavandes, de blés et de chênes. Nous nous promenons en ville, mais la chaleur intense nous décourage vite.  Cherchant un endroit pour passer la nuit, nous évitons l’aire réservée aux camping-cars, alignés comme des oignons en plein soleil. Nous préférons le camping municipal du Défends, vaste espace boisé (cf. 11 septembre 2005). Nous sortons la table et les chaises. Notes, lecture, pastis et repas dehors…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire